Stéphane Guillon – Trahison!

Lucy Godding
23 February 2014

guillonStéphane Guillon a été trompé. Le célèbre humoriste qui avait crû trouver en Hollande son sauveur après les cinq années passées à subir l’infâme règne de Sarkozy, s’exprime enfin. Son éditorial paru dans Libération le 17 janvier 2014 à propos de l’aventure de M. François Hollande exsude le parfum délicat des larmes amères et pitoyables versées après 1 an, 9 mois et 6 jours d’une tiède relation. Stéphane Guillon ne se contente pas de nous entraîner dans ses déceptions personnelles (ce dont il se plaint pourtant lorsque c’est Monsieur Hollande qui nous force à écouter ses histoires de portes qui claquent), il ressasse également le sentiment de trahison qui l’afflige, et qu’il croit sans doute partagé par la France entière. Pour lui, les ébats amoureux d’Hollande l’ont non seulement fait passer pour un amant raté aux yeux du monde entier, mais ont aussi tourné sa politique en ridicule.

La presse russe a  toujours  l’illusion obsolète que la presse française traite de la vie privée des hommes politiques d’une façon respectueuse car un chef d’Etat français le vaut bien. (Mouvement de cheveux sensuel) Blague à part, en Russie, pays où la gente masculine accablée par le manque de femmes se voit contrainte à la polygamie, on peut comprendre qu’il y ait des infidélités. Et il n’y a rien de mal à cela. Un article  du site BBC Russian Service a notamment démontré  que Jacques Chirac, malgré ses  infidélités publiques, était toujours considéré comme un homme politique responsable, et que la tradition régnant en France depuis de longue date interdit l’intrusion dans les affaires (dans les deux sens) privées du Président.

De son côté, l’Allemagne, pays peu connu pour sa compréhension émotionnelle, a examiné cette grande affaire de façon logique et dépourvue de sensibilité. Ce qui les inquiète, c’est plutôt l’effet sur l’électorat. La presse allemande a critiqué l’hypocrisie des figures politiques de l’opposition, toujours prêtes à attaquer François Hollande et sa politique pour des raisons éloignées de la sphère publique. L’Allemagne, comme la Russie, a confiance en la conduite professionnelle d’Hollande, qui, selon eux, ne se verra pas dérangée par cette affaire. De même, selon un sondage, les trois quarts des Français pensent que la vie personnelle d’un homme politique doit rester privée. La presse allemande reproche aux médias français d’avoir critiqué le président sur des événements qui n’ont rien à voir avec la politique  dans le but de créer le buzz et de vendre plus de  journaux. Toujours pragmatique, les allemands rappellent aux lecteurs que le plus grand problème du président c’est le fric, pas les femmes.

Le sentiment de trahison qu’évoque Stéphane Guillon relie à tord la vie privée du président à ses promesses électorales non tenues. Pourtant, personne ne se mêle de la vie privée de Nick Clegg  qui a soudainement retourné sa veste au sujet des frais de scolarité, et personne n’invite non plus les maîtresses de Ianoukovich à dénoncer sa politique tournée vers la Russie. Ce qui se passe actuellement en France est  dû à une politique gauchiste ratée, et n’a donc rien à voir avec l’amante du chef de l’Etat.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *