« The Yes Man » au Québec: Montréal

Rosie Morton
9 February 2014

downtown-montreal

Une année à l’étranger. Un pays à choisir. Après avoir longuement réfléchi sur ce sujet, j’ai conclu la chose suivante: partir, c’était l’occasion de vivre une nouvelle culture, d’explorer des traditions qu’on n’a pas vues avant et de faire des activités qu’on ne peut pas s’imaginer faire chez soi. Pour moi, le Québec offrait tout cela. Malgré les nombreux gens qui m’ont averti des hivers canadiens, j’avais pris ma décision…et je ne regrette rien. Dès le moment où j’ai reçu une offre de poste à Montréal, j’avais la ferme intention à dire « oui » à toutes les opportunités que je trouverai là-bas: je serai « The Yes Man », comme les interviewers du British Council me l’avaient recommandé. En suivant leur conseil, la vie a été pleine d’aventures heureuses et comiques, et par la suite j’ai découvert plusieurs perles cachées du Québec, en plus des villes reconnues ici dans La Belle Province.

« Bonjour hi. » Cette phrase simple, courte, mais imprévue était la première salutation que j’ai entendue à l’aéroport de Montréal. Les yeux chassieux et fatigués, j’ai regardé l’agent de la police aux frontières avec un regard perplexe. Elle a su immédiatement que j’étais une vraie touriste, sans aucune expérience d’une ville bilingue comme Montréal. L’essence multiculturelle était instantanément fascinante. En outre, l’accent québécois m’a étonné quand j’ai essayé d’avoir ma première conversation en français. Je suis tombée amoureuse de l’accent québécois à ce moment-là !

Je crois que c’est approprié de commencer mes chroniques québécoises avec ma nouvelle ville de résidence : Montréal. C’est une ville qui offre quelque chose pour tout le monde. Pour prendre l’air, on peut monter au Mont-Royal et admirer de chouettes panoramas ; pour connaître la mode québécoise, on peut faire du shopping sur « Fur Row » et essayer les manteaux de fourrure ; ou pour visiter les anciens endroits, il y a de belles architectures au « Quartier Vieux ». Montréal est une ville animée et les festivals et fêtes interminables en font une ville unique. Il n’y a aucun doute que « c’est vraiment le fun » ici à Montréal, comme dirait un Québécois ! Une des choses les plus intéressantes est le mélange des anglophones et des francophones. Le matin, on peut quitter la maison et décider de parler en français pour toute la journée. Le prochain jour, on peut parler en anglais, et les Montréalais comprendront les deux.

J’ai vécu ici pendant seulement cinq mois, mais la liste des choses que je recommanderais à faire est sans fini ! La première étape, « Schwartz ». Il faut que vous essayiez de finir le sandwich énorme avec la viande fumée dans ce fameux restaurant. (Je vous assure, c’est presque impossible !) Quand vous êtes rassasiés, vous pouvez marcher au parc Mont-Royal pour écouter « Tam-Tams », une fête d’instruments à percussion. Chaque dimanche ils sont présents en été et en automne. On peut s’adonner au rythme, se détendre au soleil, jouer au frisbee et pique-niquer au pied de la montagne avec ses amis. Quoi de plus peut-on vouloir?

Il reste une chose primordiale à faire pour connaître la vraie vie d’un Québécois: voir un match de hockey au Centre Bell ! C’est la seule vraie manière pour célébrer le début de l’hiver. L’atmosphère incroyable d’un match illustre bien les sentiments des Canadiens à l’égard du froid glacial à venir: l’hiver est une célébration de la vie canadienne et on doit profiter de tout ce qu’il amène.

Montréal est une ville fascinante et elle est parfaite pour quelqu’un d’aventureux. Cependant, attention : ici, l’hiver commence très tôt…ce n’est pas du tout comme chez nous en Europe (C’est mieux !). Il y a un froid si extrême que les sourcils gèlent instantanément quand on quitte la maison. La vie avec des températures de -38 degrés, cela mérite son propre article… Je vous donne donc rendez-vous pour la semaine prochaine !

cold-6

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *